desaccoude

Lever le coude est la meilleure façon de ne pas baisser les bras. C'est ainsi que le spectateur-désaccoudé engage régulièrement son « travail » de spectateur : son voisin de gauche (ou de droite) lui vole régulièrement l'accoudoir. L'enjeu a son importance puisque les bras horizontaux disposés de part et d'autre du siège (et encadrant ce dernier) participe du confort nécessaire au devenir du spectateur de théâtre (c'est, entre autres, ce qui le différencie du spectateur de musique rock, punk ou métal). Va devoir ruser, blaguer, en gros jouer des coudes pour récupérer son accoudoir. Avec un petit peu d’huile (de coude), devrait parvenir à ses fins. Aura tout de même bouffé sa soirée à éprouver la résistance de son voisin spectateur, pour savoir ce qu'il a dans la peau. Assistera non pas à la bataille de Bosworth dans Richard III (William Shakespeare, XVe siècle) mais à la bataille d'accoudoirs dans le Théâtre français (animateurs socio-culturels du Val d'Oise, XXIe siècle).


Collecte : dits et écrits de Bocar Diop & animateurs socio-culturels du Val d'Oise (France), 2015.
Géocalisation : Espace Coulanges de Gonesse, Val d'Oise (France)