Cadavre Exquis | Landscape#1

« une attitude d’oiseau » (Emma Robin, L'Écho des piafs nazairiens), « entre l'aérien et le terrien », (Alexei Moreau, Journal existentiel de l'estuaire), « qui inscrit le déséquilibre au centre du mouvement » (Ashley Leroux, Ouest Danse News), « avec ce mélange d’architecture rappelant le monde de Schuiten » (Amira Mahé, La Librairie du P'tit Maroc), « à la fin, on a l'impression d'avoir vécu un truc avec les danseurs… proche de l'érotisme... ils basculent, se retiennent, se jettent (...) sont-ils amoureux ? » (Abibatou Roussel, Rose Naz’ Magazine), « ce spectacle va parfaitement avec l'endroit (port de Saint-Nazaire), avec le moment (dimanche après-midi), avec son titre (paysage) » (Chih-Nii Mahé, Cohérence News Presqu'île), « nul n’aurait su quel son mettre ; la mer, les mouettes et le port s’en sont chargés » (Gabriel Guerin, Musique Concrète Actu), « si le spectacle était ailleurs, ce ne serait pas la même chose » (Anastazy Martin, lalogiqueportuaire.com), « ma fille m'a dit : "C'est pas du cirque, papa. Y avait pas de lion". Je lui ai dit que c'était comme ça, le cirque, maintenant » (Aakar Maillard, Spectateur nazairien mag’)

[Écriture en cours - version du 11 juillet 2016]