N'est pas à l’aise dans la position assise du spectacle qu’il faut voir. Le noir, le sérieux du noir et la scénographie qui lui disent « Attention gens qui regardent ! C’est du sérieux ici, des artistes vont se produire ! ». Attend, tout bien formés à attendre qu’il est. Et bien souvent aimerait hurler, devrait hurler, est trop polie face à ces artistes français qui savent dire que le monde est pourri et qu’on est tous désespérés-désespérants, mais ne savent pas en rire. Il leur manque deux-trois doses de j’me prends pas au sérieux, il leur manque de ne pas croire que la révolution française est la gloire des peuples du monde et qu’ils y sont encore pour quelque chose. Bien souvent attend que le spectacle cesse, que ça joue un peu, pour de vrai, jouer. N’est pas Antonin Artaud qui veut.

Collecte : Les winners c'est juste des losers qui s'acharnent, Aurore Debierre et Pome Bernos, Ratures, Bordeaux, 2015.