Spectateur-J'y-crois-pas-5-minutes

image.png

Aurait voulu aimer, parce qu’il aime bien aimer. Mais rien ne vient sonner dans son ventre. Voit la troupe au travail. A l’impression d’avoir déjà vu ce spectacle. Pourquoi ne voit-il que des intentions ? À très envie de spectater, mais les interprètes ne l’ont pas du tout attrapé, ni à la gorge ni nulle part. Tout ce qu’il voit — et c’est horrible —, c’est le travail, la concentration, l’intellect, le corps intellectualisé, la voix intellectualisée. Réalise que ce spectacle est porté par un Grand Auteur, une caution intellectuelle couplée par un mélange des médias : instruments électriques, percussions, voix, danse. Voit le truc qui se monte brique à brique. Ça le rend glauque. Se dit qu’ados, les interprètes auraient voulu être rock stars et vite ils se sont rendu compte que ça ne marcherait pas, alors il a fallu se réorienter Télérama.


« (…)
Modérateur : Dans les articles que j’ai pu lire, le musicien écrivait : « Je me rappelle avoir aimé les sons avant même d’avoir eu des leçons de musique ». Avant de compléter : « Je me rappelle enfant avoir aimé tous les sons ». C’est quelque chose d’intéressant, il a d’abord aimé les sons avant de penser musique. Et pour lui la musique […] c’était d’abord du bruit qui s’agençait en partition, il travaillait plutôt les bruits plutôt que la mélodie, en fait.
Chorégraphe : Oui c’est une démarche un peu atypique, peut-être. Quoique maintenant c’est plus développé qu’on ne le pense. Mais dans la représentation du public, un musicien, oui, commence par apprendre la musique, et les bruits ne sont surtout pas de la musique, ils viennent plutôt déranger la musique en général […].
Modérateur : En même temps, il y a eu tout à l’heure des spectateurs qui n’y croyaient pas 5 minutes, ils trouvaient que c’était un peu…
Chorégraphe : … Peu audible.
Modérateur : Tellement déstructuré qu’ils avaient du mal à être portés par ces sons qui étaient plutôt rejetant.  » (…)
BORD DE SCÈNE (extrait), théâtre ONYX, 17 novembre 2017.
Collecte : Aurore Debierre, Lycée expérimental de Saint-Nazaire, 2011.
x