A des propositions de coupe à faire. Quoiqu'il arrive. La fin du premier acte, sans aucun doute. Le milieu du 3e, inévitablement. Sans compter le final, trop long, trop trop long. Et cette musique in-ter-mi-na-ble, sans le moindre zeste de danse. Il abuse quand même, le metteur en scène.