Le désir de spectater, c’est comme une envie de pisser : incontrôlable. Peu importe le lieu, pourvu qu’il y ait une sortie, là, dans l'heure. Quitte à faire de la route et à découvrir autre chose que le prévisible.


« (…) J’allais voir Je n’ai pas peur à l’Archipel et je me suis retrouvé nez-à-nez avec trois personnes dans le hall d’accueil : une maman, sa copine et sa fille qui venaient de Quimper (Finistère sud, Bretagne nord, Ouest de la France, Pointe de l’Europe, Centre du Monde). C'est complet partout là-bas, m'ont-elles dit. Elles ont pris la voiture et hop, les voilà qui débarquent à l'Archipel, par défaut d'autre chose. Elles ne savaient même pas ce qu'elles venaient voir. Elles voulaient juste voir un spectacle. Elles verront Je n’ai pas peur (...). »
UN SPECTATEUR FOUESNANTAIS

Labo : L'Archipel
Collecte : menée par l'atelier L'écume des mots + invités, lors d'une soirée Parlotte & Pensée autour de Je n'ai pas peur (Compagnie Tro-Héol), 21 janvier 2016.
Géocalisation : L'Archipel | Pôle culturel Fouesnant-Les Glénan, Finistère (France).