Se demande si l’identité du performeur n’est pas un mythe. S’il n’est pas atteint de dissociation corporelle. S’il ne possède pas deux corps, un corps hors-scène et un corps de scène. Car c'est le corps pas visible qui joue, le corps pas nommé, c'est le corps de l'intérieur, c'est le corps à organes. C'est le corps féminin. Par la conscience aiguë que les performeurs ont de leur corps de dedans. Parce qu'ils savent que leur sexe est dedans. Les performeurs sont des corps fortement vaginés, vaginent fort, jouent d'l'utérus ; avec leur vagin, pas avec leur machin. C’est un peu pour cela que le spectateur-de-l’autre-corps est favorable à la dissection du performeur. Faudra un jour qu’un performeur livre son corps vivant à la médecine, qu’on ouvre, qu’on sache enfin ce qui se passe dedans, quand ça joue.


Labo : Val-d'Oise
Collecte : Anita Pedro & animateurs socio-culturels du Val-d'Oise (France) & Valère Novarina, 2015.
Géocalisation : Espace culturel Lucien Jean à Marly-la-Ville, Val-d'Oise (France)